AccueilEditosEdito 2011Lorsque avoir des idées nouvelles devient une hérésie...

Lorsque avoir des idées nouvelles devient une hérésie...

Lorsque avoir des idées nouvelles devient une hérésie scientifique...

 

Il est des idées qui ont la vie dure, d'autres qui peinent à être acceptées.
Cela peut devenir un facteur limitant à notre compréhension de l'humain en mouvement, ou de la performance humaine au sens large du terme.
Voici un extrait de l'éditorial du 25 nov 2011 paru dans le journal Br J Sports Med (2012;46:1-3) [disponible ici]
Il est signé de la main d'un confrère que j'admire pour sa ténacité et son combat en vue de laisser les idées, surtout anti-dogmatiques, s'exprimer en toute liberté pour nous aider à dépasser le cap de certains niveaux de complexité, passage nécessaire à la création d'un modèle de l'effet de l'exercice physique sur notre corps plus juste et plus proche de la réalité.

"Pourquoi un journal de médecine du sport et de l'exercice comprent une vaste série d'articles qui traitent exclusivement de physiologie de l'exercice avec, en effet , un petit paragraphe de cette discipline ? La raison est peut-être double. La première est que l'ensemble des articles publiés répond aux nouveaux aspects de la fatigue induite par l'exercice et de la régulation de la performance physique humaine.

La fatigue reste une plainte commune qui fait venir les patients chez leurs médecins pour des soins primaires. Il doit sûrement y avoir une explication commune à ces différents types de fatigue que nous ressentons, que ce soit au repos ou pendant l'exercice. Les sciences de l'exercice peuvent-elles contribuer à quelque chose d'unique dans notre compréhension de ce phénomène clinique important ?

En 1923, le lauréat du prix Nobel, Archibald V Hill a développé le modèle actuellement en vogue de l'exercice fatigue. Selon sa compréhension, la fatigue se développe dans les muscles squelettiques durant l'exercice lorsque le cœur n'est plus capable de produire un débit cardiaque suffisant pour couvrir l'augmentation des besoins en oxygène des muscles exercés. Cela provoque l'anaérobiose du muscle squelettique (manque d'oxygène) conduisant à l'acidose lactique. L'acide lactique ainsi produit «empoisonne» alors les muscles, nuit à leur fonction et provoque tous les symptômes que nous reconnaissons comme «fatigue». La collection d'articles de ce numéro propose plusieurs défis à l'interprétation vivifiante sanctifié par Hill. Ce qui nous amène à la deuxième raison pour laquelle ces articles sont publiés ici plutôt qu'ailleurs. Ailleurs, certains des articles inclus ont été revus défavorablement, peut-être parce qu'ils étaient considérés comme hérétiques. De toute évidence, certains croient qu'il est préférable de ne pas publier les idées qui challengent un dogme sacré. Sinon, nous pourrions avoir besoin de mettre à jour notre pensée. Ou pire, notre enseignement !"

tim-noakes-portraitTimothy D Noakes
The Central Governor Model in 2012: eight new papers deepen our understanding of the regulation of human exercise performance.
Br J Sports Med 2012;46:1-3

Vous pouvez consulter son CV et ses publications en allant ICI.

Mis à jour le mercredi 22 août 2012 08:34

Aller au haut